Logo Vialala

La Bretagne à bicyclette

Image principale de la page La Bretagne à bicyclette

Je vous invite à suivre mon carnet de route et à sillonner les côtes de la Bretagne Nord. Parcourir le tracé du Vélotourisme, c’est s’offrir des sensations inouïes. Pendant une huitaine de jours, vous pédalez sans peine tant vous êtes happé par le paysage. Vous découvrez, émerveillé, les abers, ces bras de mer qui pénètrent dans les terres. A marée haute, ils se gorgent d’eau et leur miroitement est surnaturel. Préparez-vous à un voyage dans un environnement intact sous un climat océanique clément. Si j’ai choisi, pour ma part, la portion qui s’étend entre la pointe de Roscoff et Saint-Quay-Portrieux, c’est que je la tiens pour exceptionnelle.

Une fois à Roscoff, vous comprenez que la petite cité a été prospère. En plus des pêcheries, on y confectionnait les draps en lin et chanvre qui servaient à la fabrication des voiles de bâteaux. Dans les jardins médiévaux poussent de hautes agapanthes bleues, vous voilà transportés à une époque passée. Roscoff vit également au rythme des liaisons vers l’île de Batz. Merveilleux, c’est ainsi qu’on pourrait définir l’univers créé par Delaselle dans son jardin exotique. Comment l’industriel en vient-il à imaginer pareil projet en 1886 ? C’est que les marins rapportaient des essences de leurs voyages au Chili, en Afrique australe… Si le site était déjà baigné par les eaux chaudes du Gulf Stream, on a érigé une digue afin de contenir le vent. Parmi les espèces présentes, vous vous extasiez devant les Echium hybrides qui se dressent pareils à des cyprès fleuris.

La baie de Morlaix

Lors de votre première étape, vous serpentez la campagne et croisez saint Pol de Léon  qui marque l’entrée de la baie de Morlaix. Au sein de la Ceinture Dorée, cette région maraîchère, vous roulez parmi les champs de Johnnies. Il s’agit des oignons que les Finistériens allaient vendre en Angleterre en été au XIXème siècle. Vous découvrez que les choux-fleurs poussent sur le sable ! Pour terminer, descendez de votre vélo à saint Pol de Léon et goûtez les crêpes salées -réalisées à base de farine de froment et non de sarrasin. A présent, vous vous dirigez vers Morlaix au fond de la baie et le viaduc dominant l’estuaire. Cet ouvrage ferroviaire datant de 1875 échappe miraculeusement aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il est composé de 14 arches et 9 arceaux et offre une vue imprenable sur la ville. 

Une nature préservée et exceptionnelle

Votre deuxième étape vous conduit à Plougasnou, une pointe réputée pour ses plages figurant parmi les plus belles à l’image de Primel qui s’étend à perte de vue. N’aviez-vous jamais vu pareil sable blanc et fin ? Labellisée Pavillon Bleu, elle constitue une plage parfaitement adaptée aux familles. Chemin faisant, marquez un arrêt à Dourduff-en-mer pour déguster des huîtres. En remontant la baie en direction de l’Est, vous pénétrez dans la réserve ornithologique. Au large vous devinez un chapelet d'îlots, la Bretagne en compte de nombreux et ils constituent bien souvent un lieu de nidification pour les oiseaux marins. En l'occurrence, le site est classé Natura 2000 marin regorge de spécimens, quelques 60 000. Avec un peu de chance vous pourriez bien apercevoir des cormorans huppés ou des goélands argentés…

Pour votre troisième étape, visez Plestin-les-Grèves. Si l’étape semble moins longue, le relief est pour autant escarpé avec les falaises surplombant la mer. Ouvrez donc vos mirettes car le spectacle vaut bien vos efforts. A Locquirec vous voudrez immortaliser l’instant lorsque l’aber saturé de lumière vous éblouira. En route faites halte à l’enclos paroissial de saint Jean-du- Doigt. Grâce à l’essor du textile au XVème siècle qui apporte la prospérité aux communes, elles rivalisent de magnificence en matière d’architecture religieuse. S’y déroulent les pardons, rassemblements spectaculaires célébrant le saint attaché au lieu au moyen d’une procession. Ces cérémonies qui ont eu lieu jusque dans les années 60 relèvent plus de rites celtiques que d’une foi catholique.

 

A l’occasion de notre 4ème étape, faisons route vers Lannion, une étape qui nous fait longer la baie du Mont saint Michel. Cette fois-ci, c’est la lumière douce et diffuse au-dessus des marais que vous apprécierez. S’en dégage en effet une forte spiritualité et le Mont en toile de fond ajoute encore à la magie. Vous distinguez les moutons de pré-salés qui paissent sur place et dont la viande a un goût d’iode. Sur votre petite reine vous gagnez les falaises de Trédrez et c’est sur la voie verte que vous terminerez votre étape avant de rejoindre la ville historique de Lannion. Le temps semble s’être suspendu dans cette petite cité comprenant un ancien couvent, un cloître et des venelles. Mais pourquoi ces tourelles extérieures ? Elles permettaient l’accès aux hôtels particuliers !

 

Entre Lannion et Perros-Guirec, notre 5ème étape, vous remarquez combien le littoral présente une grande variété : rochers de granit rose sculptés par la mer, bocage, roselières, lande jonchée d’ajoncs et de bruyères... Vous êtes également impressionnés par le balai des wing foil à l’horizon et apercevez un chapelet d’îles. Elles sont 7 au total et c’est le phare qui guide les navigateurs parmi elles. Seule l’île aux Moines, autrefois occupée par les Cordeliers, débarque des visiteurs. Afin d’embrasser le meilleur panorama, rendez-vous à Ploumanac’h. Le saviez-vous ? Cet ancien hameau de pêcheurs a été désigné en 2015 village préféré des Français. Vous déambulez entre ses maisons au pignon blanc et ses jardins bordés d’hortensias violets.

 

Votre sixième étape vous conduit en direction de Tréguier. Vous ne regretterez pas les efforts que vous avez fournis pour atteindre le plateau. A présent vous vous retrouvez face à un nature sauvage qui rappelle fortement les landes d’Ecosse. En outre, vous pourrez amplement vous remettre lors de la descente de l’estuaire du Jaudy. Si ce dernier a permis aux vikings de pénétrer dans les terres, il est devenu un axe de migration pour des espèces de poissons. Qui sait ? Vous pourriez bien y voir frayer un saumon, une truite ou une lamproie ! Enfin levez les yeux et vous apercevrez des hérons cendrés ou des tadornes qui volent vers la réserve ornithologique située non loin.

 

Tréguier, une cité pittoresque depuis laquelle vous gagnerez Paimpol. Elle possède en effet un patrimoine architectural important au sein duquel figure une abbaye. De plus elle comporte une curiosité géologique, le sillon de Talbert. Ce cordon littoral de plus de 3 km qui fait penser à une jetée au-dessus de l’eau forme, un paradis pour la pêche à pied: coques, praires, pétoncles… Puis vous gagnez Paimpol, une commune côtière et un port de pêche tourné vers la Manche. La petite ville réserve quelques belles surprises telles que le charmant manoir de Kerdalo. Le propriétaire féru de botanique a fait appel à des pépiniéristes connus et le jardin remarquable est même inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques. Il abrite, entre autres, quelques spécimens rares de conifères.

 

Paimpol/Saint-Quay-Portrieux via Bréhat. Comme l’affluence est forte, préférez les saisons intermédiaires pour vous rendre sur l’archipel. C’est d’ici que partait la flottille des corsaires- pirates à la solde du roi qui faisaient régner la terreur sur l’Atlantique. C’est également de Bréhat que partaient les terre-neuvas qui allaient pêcher la morue et la baleine dans les eaux islandaises. En chemin pour Saint-Quay, vous êtes épaté par les falaises de Plouha qui culminent à plus de 100 m. Quant à la station balnéaire, elle aligne les villas huppées et j’avoue avoir un faible pour sa piscine d’eau de mer, une prouesse technique pour un bassin remontant à 1929 et qui frôle même les standards d’un bassin olympique !